H5N1 : feu vert au premier vaccin « prépandémique » PDF Imprimer Envoyer
Lundi, 26 Mai 2008 13:50

C'est parti. La Commission européenne vient d'accorder une Autorisation de Mise sur le Marché (AMM) au Prepandrix®, le premier « vaccin prépandémique pour humain contre la grippe H5N1 ». Produit par le laboratoire britannique GSK, il est présenté comme une arme supplémentaire à la disposition des autorités sanitaires en cas de pandémie grippale. Dans un premier temps au moins, il ne sera pas disponible en officine.

En février dernier, l'Agence européenne du Médicament (EMEA) a reconnu la capacité du Prepandrix à limiter la transmission inter-humaine d'un virus aviaire H5N1 mutant. « Limiter » et non « stopper », la nuance est de taille. En effet et en dépit de son appellation, le Prepandrix n'est pas un vaccin à proprement parler.

« Nous avons travaillé sur une souche virale H5N1 (A/Vietnam/1194/04 n.d.l.r.) qui a circulé et tué des malades au Vietnam en 2004 », nous a expliqué le Dr Sophie Muller, responsable du Projet Vaccin H5N1 pour GSK France. « Nous lui avons ajouté un nouvel adjuvant, qui permet d'induire une immunité croisée contre un virus H5N1 mutant ».

C'est cette immunité croisée qui vient d'être reconnue par la Commission européenne. Une immunité d'ailleurs limitée, puisque « ce type de ‘vaccin' ne sera efficace que si le véritable virus pandémique est proche du virus pré-pandémique H5N1 actuellement connu » avertit le ministère de la Santé. Au cas où l'OMS viendrait à déclarer une situation de pandémie, l'intérêt essentiel de ce vaccin résiderait dans sa capacité à élever rapidement le niveau d'immunité, sans attendre de longs mois qu'un vaccin pandémique incluant la valence exacte du virus en circulation soit disponible.

Le laboratoire GSK prépare d'ailleurs activement ce type de vaccin. « Nous avons le ‘Pandemrix®', un vaccin potentiel qui attend juste qu'y soit incluse la souche exacte du virus à l'origine de la pandémie. Une fois identifié et isolé, il nous faudrait 5 à 6 mois pour le produire ».

Un délai logique, puisqu'un vaccin est cultivé sur des œufs de poule embryonnés, à partir d'une souche virale clairement identifiée. Or le virus pandémique qui mettra le feu aux poudres n'est pas encore connu. Impossible, naturellement, de produire un vaccin contre une souche virale qui n'existe pas.

D'autres firmes sont également dans la course. Sanofi Aventis par exemple, a bien présenté un vaccin prépandémique H5N1 dès octobre 2006, à la 2ème Conférence internationale Influenza Vaccines for the World qui se tenait à Vienne (Autriche).

Ses résultats étaient-ils décevants ? Toujours est-il que « nous n'avons pas demandé d'AMM. Nos efforts se concentrent plutôt sur l'amélioration de notre capacité de production vaccinale » explique le Dr Albert Garcia, porte-parole du pôle « Préparation pandémique » de Sanofi Aventis. « Nous tentons de réduire la durée (qui est actuellement rappelons-le, de 6 mois n.d.l.r.) pour la production d'un vaccin. C'est essentiel à nos yeux. Et pour tout vous dire, je ne crois pas vraiment à ces vaccins prépandémiques. C'est en réduisant la durée de production des vaccins que nous gagnerons la bataille contre une pandémie grippale ».

Le groupe pharmaceutique suisse Novartis enfin, est lui aussi sur la ligne de départ avec son Focetria®. Ce vaccin pandémique prototype a obtenu une AMM européenne en mai 2007. « Si un début de pandémie se produit, la souche virale contenue dans Focetria sera remplacée par la souche à l'origine de la flambée » précise le producteur.

En fait les enjeux sont cruciaux et le temps presse. A ce jour, 241 personnes ont déjà succombé au virus aviaire à travers le monde. Ce qui nous préserve aujourd'hui d'une pandémie, c'est l'incapacité du virus à se transmettre d'homme à homme. Mais il suffit que se produise la mutation autorisant cette transmission interhumaine pour que H5N1 se transforme en souche pandémique. Et la question que se posent les experts de l'OMS n'est pas de savoir si cette mutation surviendra, mais quand.

Source : EMEA : CHMP/65954/2008, H/C/706, H/C/710, Commission européenne, interview du Dr Sophie Muller, responsable du Projet Vaccin H5N1 pour GSK France, 29 avril 2008, interview du Dr Albert Garcia, porte-parole du pôle « Préparation pandémique » de Sanofi Aventis, 30 avril 2008, Novartis, 30 avril 2008, OMS, 30 avril 2008, GSK, 19 mai 2008

Copyright© Destination Santé

 
offres d'empoiTout savoir sur les bourses d'études, la formation et l'emploi dans le secteur de la santé et du social au Burkina Faso. Pour vous abonner à  la Newsletter Offres d'emploi, veuillez vous inscrire ici en sélectionnant emplois fasosante.net

Votre opinion...

Utilisez-vous des méthodes naturelles pour vous soigner ?
 
Pharmacie de garde
Pharmacies de garde

Kiosque

Votre santé

TV Mag

Magazine santé Mag

Archives