Côte d'Ivoire: Lutte contre le cancer - Le chef de l'État promet un centre de cancérologie Imprimer
Mardi, 08 Avril 2008 14:48

Le Chef de l'Etat saluant Mme Hélène Sancho Garnier, porte-parole de la délégation de cancérologues européens et a affirmé hier sa volonté de réaliser un centre de cancérologie à Abidjan. Le Chef de l'Etat a reçu hier en audience une délégation des participants du 4e congrès euro- africain au palais, à la fin de leurs travaux, aux environs de 18h. Il a dit à ses hôtes que la lutte contre le cancer est un problème important. Car 80% des malades que la Présidence envoie traiter à l'extérieur sont des malades du cancer. « Nous n'avons aucune structure en Côte d'Ivoire pour traiter le cancer. Nous les envoyons en France, ou dans d'autres pays africains.

Notamment la Tunisie, l'Afrique du Sud ». Le Président Gbagbo a aussi souligné le fait que sur le budget de la Présidence pour l'aide à la santé des citoyens, c'est le cancer qui revient le plus cher parce que la Côte d'Ivoire n'est pas dotée d'un centre de cancérologie. L'Etat avait pourtant commencé à faire un plan pour la réalisation de ce centre à Yamoussoukro lorsque la guerre a éclaté. Et avec elle, le pays s'est donné d'autres priorités. Cependant, avec l'accalmie, sur les conseils du professeur Echimane Kouassi Antoine, un centre plus modeste, (qui va progressivement grossir) sera réalisé à Abidjan. Faisant allusion au taux de séroprévalence du Sida en Côte d'Ivoire qui est passé de 12% à 4,7% sous l'action du ministère de la lutte contre le Sida, le Chef de l'Etat a indiqué que la prévention porte, lorsque la population est bien ciblée. Aussi, en plus de l'action des médias, il a exhorté les spécialistes du cancer à continuer la sensibilisation. Répondant au professeur Hélène Sancho Garnier de France, qui l'a sollicité pour mener une lutte contre le tabagisme, responsable de 30% des cancers, le Chef de l'Etat a souhaité que ce combat soit mené de manière collective pour être plus efficace. Car si un seul pays prend la décision d'interdire la cigarette, cela ne servirait à rien.

A l'issue de ce 4e congrès euro-africain sur les cancers de l'appareil digestif ; et la lutte contre le cancer en Afrique, les participants au nombre de 248 ont adressé une motion de soutien au Chef de l'Etat pour son implication personnelle dans la tenue de ces assises. Ils ont aussi souhaité que la lutte contre le cancer en Côte d'Ivoire et en Afrique ait un élan nouveau sous son impulsion.

Dans les résolutions, ils ont relevé que si rien n'est fait, jusqu'en 2020, 16 millions de nouveaux cancers seront diagnostiqués dans le monde dont 65% proviendront des pays en voie de développement, qui ne disposent que de 5% des ressources pour la lutte contre les cancers.

Marie-Adèle Djidjé

Source: Fraternité Matin