NOUVEAU CHR DE TENKODOGO : Un hôpital moderne pour la région du Centre-Est PDF Imprimer Envoyer
Jeudi, 26 Juillet 2012 17:34

Le nouveau Centre hospitalier régional de Tenkodogo a officiellement ouvert ses portes ce mardi 24 juin 2012. La cérémonie inaugurale a été placée sous le patronage du Premier ministre, Luc Adolphe Tiao et sous la présidence du ministre de la Santé, Adama Traoré.


La région du Centre-Est dispose désormais d’un centre hospitalier moderne. L’inauguration est intervenue le mardi 24 juillet 2012 à Tenkodogo. D’une capacité de 200 lits, le nouveau Centre hospitalier régional (CHR) de Tenkodogo est situé sur l’axe Tenkodogo-Garango. Il a été réalisé dans le cadre de l’exécution du Projet d’appui au développement sanitaire des régions du Centre-Est et du Nord (PADS/CEN). L’infrastructure a coûté au total, 6 239 412 539 de francs CFA, sur un cofinancement de la Banque africaine de développement (BAD), (84%) et du gouvernement burkinabè(18%).

Selon le ministre de la Santé, Pr Adama Traoré, le CHR est une promesse du président du Faso aux populations du Centre-Est, dans le cadre de son programme quinquennal "Le progrès continu pour une société d’espérance". Il s’intègre dans le système de soins du Burkina Faso qui est articulé en trois niveaux (périphérique, intermédiaire et centrale), selon la loi hospitalière de 1998. Cette loi constitue pour Pr Traoré, l’un des repères de la mise en œuvre du plan national de développement sanitaire 2011-2020.

"Pour un fonctionnement optimal de cet hôpital, nous nous engageons à le pourvoir de spécialistes, à la hauteur de son plateau technique" ; a rassuré le ministre de la Santé. Pour le gouverneur de la région du Centre-Est Allahidi Diallo, ce "joyau" vient à point nommé, dans un contexte où le besoin était devenu pressant pour deux raisons essentielles. La première raison, à son avis, c’est que l’actuel centre hospitalier qui a ouvert ses portes depuis 1959 ne répondait plus aux impératifs du moment, ceci, malgré les nombreuses transformations et réhabilitations opérées pour l’adapter aux dimensions d’un centre hospitalier régional.

La deuxième raison selon le gouverneur tient au fait qu’en tant que structure de référence, le centre hospitalier régional devrait répondre à des exigences de technicité, de technologie et de capacité d’accueil, au regard des spécificités de sa région. Il a mentionné à ce titre, les nombreux cas d’accidents de la circulation, dus à la position géographique de sa région, à cheval entre deux corridors très empruntés, le Ghana et le Togo. 554 traumatismes liés à des accidents dont 156 fractures ont été enregistrés au CHR, au premier semestre 2012. C’est dire que les équipements de pointe actuels viennent renforcer le plateau technique, afin qu’il soit adapté aux besoins de la prise en charge des différentes pathologies.

"Cette œuvre améliorera de façon évidente, l’accessibilité aux services de santé de qualité et réduira de façon significative, le nombre des évacuations sanitaires vers Ouagadougou", a laissé entendre M Diallo.

Un esprit neuf dans un hôpital neuf

Le gouverneur de la région du Centre-Est, a, en outre, salué les innovations de nouvel hôpital, à savoir les services de réadaptation fonctionnelle, l’interface entre la médecine traditionnelle et la médecine conventionnelle et le renforcement de la télé santé. "Cet hôpital qui est le vôtre ne répondra à sa mission qui justifie l’investissement consenti, que s’il est utilisé de manière satisfaisante », a indiqué le ministre de la Santé, Adama Traoré à l’auditoire. Il a invité les populations à le fréquenter et à l’entretenir, afin de faire reculer la maladie. En fait, cet entretien incombe à tous et le Pr Traoré d’appeler le personnel à jouer sa partition et à redoubler d’effort pour mettre son savoir-faire au service des populations.

Le personnel, par la voix de son représentant, Apollinaire Ouédraogo, a dit mesurer sa responsabilité. "Nous prenons l’engagement d’en faire bon usage", a soutenu M. Ouédraogo. Pour le personnel, il ne s’agit pas seulement d’accueillir les patients dans un beau centre de santé, mais de rendre le cadre plus hospitalier. "Il nous incombe donc de revoir de manière globale, la structuration de l’offre de soins en replaçant le patient au cœur du système", a recommandé le délégué du personnel.

Si le personnel a pris acte des attentes des autorités vis-à-vis de lui, et affirmé son engagement à assumer convenablement ces responsabilités, il a toutefois soulevé quelques préoccupations relatives à la construction d’une salle pour l’unité de néonatologie et du centre de récupération nutritionnel dans le service de pédiatrie, l’allocation des ressources financières conséquentes à l’administration, la construction de magasins...

Le maire de la commune de Tenkodogo pour sa part a sollicité auprès des autorités, l’électrification de la voie menant à l’hôpital. La représentante de la BAD au Burkina Faso Nzau-Muteta Ginette, après avoir félicité les autorités burkinabè pour les efforts consentis en faveur du bien-être des populations, a réaffirmé la disponibilité de son institution à l’accompagner toujours dans la réalisation de ses projets prioritaires. Cependant, elle a relevé la problématique de l’entretien des équipements et des bâtiments. Mme Nzau Muteta a par ailleurs encouragé les autorités à veiller à la bonne gouvernance dans la gestion des structures de santé.

Assetou BADOH

Sidawaya

 

 
offres d'empoiTout savoir sur les bourses d'études, la formation et l'emploi dans le secteur de la santé et du social au Burkina Faso. Pour vous abonner à  la Newsletter Offres d'emploi, veuillez vous inscrire ici en sélectionnant emplois fasosante.net

Votre opinion...

Utilisez-vous des méthodes naturelles pour vous soigner ?
 
Pharmacie de garde
Pharmacies de garde

Kiosque

Votre santé

TV Mag

Magazine santé Mag

Archives