District sanitaire de Zorgho : La recrudescence des cas d’infections du VIH inquiète Imprimer
Vendredi, 23 Juillet 2010 14:23
Le conseil de santé du district sanitaire de Zorgho s’est tenu mardi 13 juillet 2010 dans la salle de réunion dudit district. Cette première rencontre semestrielle de l’année a été présidée par le Haut-commissaire de la province du Ganzourgou, Mimninga L. Kondombo.

Cette concertation périodique d’échanges entre les membres du conseil que sont les préfets, les maires de communes, l’équipe cadre du district et les comités de gestion des CSPS a permis d’examiner le bilan physique des activités du plan d’action 2010, le bilan financier, la situation des indicateurs du district au premier semestre. Selon le médecin chef du district Dr Gué Ya Edmond il ressort une assez bonne exécution des activités du plan d’action.

A mi-parcours, l’exécution physique pendant ce semestre correspond en effet à un taux de 64,44%. Le taux de mobilisation des ressources pour le compte du semestre lui est de l’ordre de 94,98% et est aussi jugé satisfaisant selon le MCD, même s’il relève que le taux d’absorption qui est de 55,89% est assez faible. Pour l’absorption des ressources, le responsable du district précise qu’elle est due aux procédures liées à la règlementation sur les marchés publics et des délégations de services publics.

Toute fois il a rassuré les participants qu’au cours de ce second semestre, il sera possible de parvenir à un taux maximum. La tenue des instances de coordination, l’augmentation des taux d’utilisation des soins curatifs, préventifs et de la mère et de l’enfant, l’augmentation du taux de dépistage du VIH/sida sont entre autres acquis relevés lors de la présentation.

En plus de cette communication, le docteur Gué Ya Edmond a relevé certains points de satisfaction au sein du district tels la prise en charge des indigents, la réduction (à 1500f) du coût des insertions et retraits de norplants et de DIU, la gratuité des examens biologiques au profit des enfants depuis le 1er juillet 2010. Pour leur part, les participants se sont intéressés à la question des COGES qui pour l’heure fonctionnent sans textes règlementaires, au taux d’infection à VIH/Sida devenu inquiétant dans la province avec 61 nouveaux cas pour ce premier semestre.

Pour le haut-commissaire Mimninga Laurent Kondombo président du conseil de santé, les résultats issus des activités du semestre sont simplement satisfaisants au regard des contraintes qui ont été rencontrées. Il a invité les membres à jouer leur partition dans la campagne MILDA de distribution massive de moustiquaires imprégnées aux populations.

Hahadou Daniel NADINGA

Sidwaya